• Ailleurs

    Que dire de cet aller-retour en Savoie ? Une forte migraine (et un bug du net qui a effacé le long article que j'avais commencé) risque de ne pas me rendre prolixe...

    Nous sommes donc partis mardi matin, nous c'est à dire papa-maman, ma soeur et moi. Ma soeur qui  nous (nous, mes frères et moi) a offert, pour Noël, le même roman d'Anna Gavalda, L'Echappée Belle, roman qui met en scène quatre frères et soeurs, justement... J'en reparlerai un de ces jours.

    Autrefois, pour "monter" là haut, il nous fallait une longue journée, Périgueux-Brive-Tulle comme une litanie, les contreforts du Massif Central qui faisait systématiquement vomir l'un de nous quatre (virages et gauloises paternelles, vomi assuré !), à l'aller ou au retour, malédiction des vacances. Plus loin Thiers, la chaîne des Puys, Roanne, Feurs, Saint-Etienne et ses usines sales, Clermont-Ferrand et sa cathédrale de pierre noire, puis la descente sur Vienne après la traversée du Rhône, et c'était le Dauphiné, enfin, son odeur de campagne et les moutonnements de ses collines, puis la Dent du Chat, aperçue au loin (signe de beau temps), son tunnel, la descente sur le lac du Bourget et ses eaux aux bleus superbes... La Haute-Savoie, enfin, avec ses montagnes et son air si pur qu'il en paraissait propre...

    Aujourd'hui, c'est l'autoroute tout du long, plus question de demander à papa de s'arrêter "dans le premier petit chemin qu'il trouvera" pour faire pipi dans les bois, c'est autoroute et stations d'autoroutes, des villes environnantes nous ne voyons plus que les noms sur les panneaux... De Clermont, la cathédrale n'est plus qu'une ombre au loin, nous n'apercevrons que les verrues desormais familières des zones commerciales, grandes surfaces, magasins de meuble, et enseignes de restauration rapide...

    C'est triste.

    Bon, j'ai quand même trouvé qq photos à faire, l'occasion aussi pour ma mère de m'envoyer une boule de neige lors de notre arrêt de midi...

     
     
     
     
    Sinon, bien sûr, ce qui nous réunissait en Savoie, c'était malheureusement l'enterrement de mon oncle. J'ai regretté bien sûr de ne pas l'avoir revu, depuis déjà pas mal d'années. On remet toujours ce genre de visite à plus tard, et puis voilà... Cérémonie dans une petite église de montagne, à l'intérieur peint d'azur et d'étoiles d'or... Cérémonie simple et émouvante, dont les détails m'appartiennent.
     
     

    Famille nombreuse, aux histoires chaotiques, aux unions multiples, aux enfants éparpillés, aux non-dit nombreux, aussi... Sur le papier, il y aurait de quoi faire un roman, dans la vie j'ai trouvé ça souvent difficile, ma vie d'adulte est fortement marquée par ces années d'enfance vécues de façon fusionnelle avec la famille de ma mère. Je prévois, pourtant, d'y remonter cet été, avec mes fils, dont l'un d'eux a repris contact avec une cousine éloignée via facebook. Cela m'a fait bizarre de rencontrer deux cousins, que je n'avais jamais vu que bébés, les circonstances de la vie les ayant entraîné loin de la tribu familiale. L'un d'eux était le fils de mon oncle. Au garde à vous, casquette d'uniforme à la main, il a rendu un dernier salut à un père qu'il n'avait quasiment jamais vu, mais dont il a suivi les traces dans la Marine. Etrange aussi, de constater sur les visages des unes, des uns et des autres, des ressemblances parfois frappantes, de retrouver dans le visage d'un adulte qui vient vers vous, les traits de l'enfant perdu de vue depuis trente ans... tristesse de retrouver un cousin, presque jumeau dans l'enfance, et constater que les difficultés de la vie ont marqué son visage d'une façon terrible.

     

    Questionnements sur ma propre famille, sur ma vie, aussi. Quels reproches me feront mes fils, que leur laisserai-je comme souvenirs, ce genre d'évènements me renvoie au sentiment d'échec qui est si souvent le mien...

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :