• Abécédaire, énième épisode

    C - Chattes. Loukoum a un an. On ne connait pas sa date de naissance, elle a été abandonnée dans une rue alors qu'elle était toute petite, avec ses soeurs. Le vétérinaire a estimé qu'elle était née début avril. Donc, elle a un an. C'est maintenant une chatounette, et plus un chaton, hélas. Ca passe trop vite. Mais elle est toujours toute mignonnette, toute vite et toute drôle. Je m'amuse beaucoup avec elle, et lui fait plein de calins. Elle, elle me fait plein de ronrons. La Chatte, de son côté, a bien profité des croquettes "junior" que j'achète pour Loukoum, résultat, elle pèse son poids. 6 kilos chez le vétérinaire il y a quelques mois, et je ne suis pas sûre qu'elle n'ait pas engraissé depuis. Loukoum arrivant à l'âge adulte, je vais donc envisager de supprimer les croquettes chaton.

    C - Ciné. La mort de Ronit Elkabetz, que j'ai apprise aujourd'hui, m'a secouée. J'admirais profondément cette actrice, cette femme magnifiquement femme et humaine, belle, tempétueuse, talentueuse. Et puis cette mort, brutale, en pleine fleur de l'âge. C'était ses films qui m'avaient donné l'envie d'aller en Israël, pour découvrir de mes propres yeux ce que je voyais à l'écran. J'aurais adoré la rencontrer, et lui témoigner mon admiration. Je suis terriblement triste de penser que je ne la verrai plus à l'écran.

    C - Cousine. Ce week-end, j'ai vu une de mes cousines, descendue de sa montagne pour faire un tour de la famille. Elle a repris, l'an dernier, la gérance d'une auberge/refuge dans les Alpes, à côté de Briançon. J'ai trouvé le projet intéressant, et nous avons longuement parlé de cette nouvelle vie. C'est une cousine que je vois peu, j'étais contente de la voir. En principe, l'été prochain, je monte la voir, avec une de mes tantes. Histoire de voir ma cousine, et de découvrir cette auberge de montagne dont je vois les belles photos sur Facebook !

    D - Dentiste. Ca et la visite annuelle chez la gynéco, ce sont les deux quart d'heure désagréables qui reviennent chaque année ! Ca dure pas longtemps, mais c'est intense ! Cette année, j'ai changé de dentiste, mon précédent dentiste, chez qui j'allais depuis 25 ans, était finalement un peu brusque et mon fils aîné m'ayant vanté la gentillesse et, surtout, la douceur de sa dentiste. Ce en quoi il avait raison. En plus, la dentiste a, sur son bureau, une belle lampe de style "Memphis" (design typique des années 80), ce qui nous a donné l'occasion de discuter sympathiquement.

    J - Jardinage. Ce soir je suis rentrée tôt, ce qui m'a permis de m'arrêter en cours de route à la jardinerie d'à côté, et d'en rentrer à pied, avec dans une main un sac avec deux plants de tomates, un pied de basilic et un pied de thym citron, et dans l'autre un nouvel arrosoir, rose. Il faisait beau et chaud ce soir, j'ai donc rempoté toutes les plantes dès que je suis rentrée. Ce sont les vacances, il y a un tout petit peu moins de circulation sur l'avenue en contrebas, et c'était bien agréable de passer du temps sur le balcon, les mains dans le terreau doux et tiède. Je ne suis pas bien sûre de ce que vont donner les plants de tomates. La seule fois où j'ai tenté l'expérience, il y a quelques années déjà, cela n'avait rien donné, les plants avaient poussé mais rien donné. Cette fois, j'espère que ça marchera mieux, j'aimerai bien pouvoir manger mes propres tomates. J'ai mis le pot au soleil - le balcon est plein sud - et je pense que le balcon limitera les risques éventuels de coup de froid si le mois de mai s'avérait froid, comme cela est toujours possible à Bordeaux.

    M - Marasme. Oh, rien de grave. Juste un peu de "moins", j'ai un peu de mal avec mon poids en ce moment, et, plus encore, avec mon manque d'énergie. Ce manque d'énergie - mais encore plus, ce manque de volonté - qui fait que je m'empâte, que je me ramollis. C'est pourtant le moment où jamais de me reprendre en main, l'âge n'arrangeant pas les choses. Je ne sais plus qui a dit "la femme mène un combat perdu d'avance contre la gravité". Oui. Mais je pourrais tout de même le mener, ce combat !

    O - ORL. Il faut que j'y aille régulièrement, pour contrôler l'évolution de la baisse de mon audition. Mon ORL, chez qui je vais depuis plusieurs années, a fini par me gonfler. D'abord, il veut systématiquement me faire appareiller, ensuite, et surtout, il prétend que j'ai une surdité "sélective". De plus, cette fois-ci, il ne m'a même pas regardé en encaissant mon chèque et en me disant au revoir, trop occupé par sa conversation en sms sur son téléphone portable. Bref, pour mon prochain contrôle, ça sera chez un autre ORL.

    P - Projet. Je pense changer les sols de l'appartement, dans les mois à venir. Le lino actuel est déjà ancien, encore en bon état mais plus du tout à la mode, et ça m'agace. Je pense faire poser un lino imitation carreaux de ciment dans la cuisine. Pour le reste de l'appartement, j'envisage de faire poser des lattes de vinyle imitation parquet. Mon rêve, si j'avais les moyens fabuleux de faire construire une maison, serait d'avoir de vrais parquets en bois. La texture du bois sous les pieds, les craquements discrets des lattes qui jouent, j'aime beaucoup cela. Pour l'heure, je me contenterai d'une imitation en vinyle. Ca donnera un coup de jeune à l'appartement, et sera plus attractif si je mets l'appartement en vente.

    R - RTT. Je ne travaillais pas vendredi dernier. L'occasion de réfléchir davantage à mon projet de passer à 4 jours/semaine l'an prochain. La semaine dernière, j'étais de permanence "de matin" jeudi, j'ai donc pu quitter le travail de bonne heure, à 16 heures. Ce qui m'a permis de faire mes courses du week-end, puis de recevoir mes fils comme tous les jeudis, et le vendredi, j'ai pu aller à mes rendez-vous, dentiste et orl, et de passer un long moment à la médiathèque, à bouquiner des revues tranquillement installée dans le coin lecture. Du coup, le samedi et le dimanche ont été très tranquilles et reposant. Travailler quatre jours seulement, c'est un autre rythme, mais plus encore, une nouvelle respiration. Affaire à suivre, car pour l'instant, je ne peux pas passer à quatre jours/semaine, ça ne passera pas dans l'équipe. Il faut que j'attende l'an prochain, ma collègue qui est à mi-temps thérapeutique changera alors ses jours de présence, pour me permettre de ne plus travailler le vendredi. Là, pour l'instant, c'est trop tôt pour elle. Je ne suis pas pressée - en vieillissant j'apprends à devenir moins impatiente, et à prendre du plaisir dans l'attente.

    S - Simplicité. Simplicité volontaire. J'ai donc commencé le bouquin dont j'ai parlé ces derniers jours. Il s'agit d'un recueil de témoignages de personnes ayant choisi de vivre la simplicité volontaire, et cela me passionne. Ils ont tous pris du recul par rapport à la vie telle que la majorité des gens la vit. Ils ont supprimé la télé, ils ont supprimé le téléphone portable, la voiture et parfois même... le travail ;-)  Je lis ces témoignages si intensément que cette nuit j'ai rêvé que je me trouvais dans une ZAD, avec des toilettes sèches, et que je me trouvais prise dans une descente de police ! Ca m'a fait rire : je me souviens très rarement de mes rêves, mais celui là, je m'en suis souvenue !


  • Commentaires

    1
    Bleck
    Mercredi 20 Avril 2016 à 14:24

    Pour le revêtement de sol, as-tu pensé au sisal ou jonc de mer, inusable très esthétique et très nature, on croirait se masser les pieds...

     

    Bleck

      • Mercredi 20 Avril 2016 à 19:51

        Surtout que j'aime bien marcher pieds nus ! Mais le problème est simple : je ne peux pas vider l'appartement. La pose de lattes de vinyle va me permettre de faire poser un nouveau sol en déplaçant les meubles au fur et à mesure de la pose.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :