• Abécédaire, 34

    A - Argent. Connaissant mes difficultés financières, mon ex-mari m'a dit de ne plus lui verser de pension alimentaire pour le plus jeune de mes fils. C'est gentil de sa part, une vraie bouffée d'oxygène pour moi. Cela me gêne de ne plus participer aux frais d'éducation de mon fils, ceci dit je continue à lui payer internet et son forfait de téléphone mobile, et je continue à lui donner de l'argent de poche. Bref, la pension alimentaire en moins, j'espérais équilibrer mon budget, ou limiter mon découvert. Mais voilà, c'était sans compter sans le mouvement de grève organisé aujoud'hui dans l'entreprise où je travaille, grève reconduite demain. Aujourd'hui, j'étais en congé, je vais donc limiter les dégats à un seul jour en moins sur mon salaire, mais j'espère que la grève ne sera pas prolongée au-delà de demain.

    B - Bar. Hier, je suis entré dans un bar. Pas un café, un bar. Le petit bar de quartier, avec ses habitués, son coin PMU, ses murs à la tapisserie vieillote, et une odeur caractéristique. Il ne manquait plus que les fumeurs de Gitane d'autrefois. J'avais joué au pmu par hasard, la semaine dernière, dans un kiosque du supermarché où je vais, et je voulais (tout de même) connaître les résultats de mon ticket. Rien gagné, sinon le plaisir de rentrer dans un bar (de part mon éducation, entrer dans un bar c'est limite transgresser un interdit).

    B - Beauté (Futilité). Depuis le temps qu'on dit que c'est le "it produit", j'ai fini par faire un trou dans mon budget pour m'en acheter : de l'huile d'argan. Résultat immédiat : ça pue. Ca m'apprendra à être influençable.

    C - Ciné. Au Jean-Eustache, il y a une toute petite salle, "la petite salle du fond", la salle des films d'auteurs, ou des dernières diffusions. 80 places, de vieux fauteuils un peu fatigués, avec sur chacun de petites plaques cuivrées portant le nom de réalisateurs ou d'acteurs. Le genre de salle où je m'assois toujours dans le même fauteuil, troisième rang en partant du fond, milieu de rangée en face de l'écran, siège Stanley Kubrick. J'y suis allée samedi. Je vais pour pousser la porte, et voilà qu'elle s'ouvre toute seule devant moi. Hééé ? Je rentre, et là, le choc : la salle a été rénovée. Nouvelles moquettes, emplacement pour fauteuils roulants (d'où la porte automatique), et nouveaux fauteuils. Disparues les petites plaques, adieu mon siège Stanley Kubrick. Je me suis sentie un peu comme Eddy Mitchell en train de chanter La Dernière séance.

    C - Coiffeur. Il y avait longtemps que ça ne m'était pas arrivé : je me suis loupée. J'ai dit  "on coupe" plutôt que "on rafraîchit". Total une coupe courte et moche :-(

    F - Félins. Le film (flemme d'en faire un compte-rendu séparé). Produit par Disney Nature, alors c'est gentillet. La salle (voir ci-dessus) étant désormais équipée d'un projecteur numérique, et le film ayant certainement été filmé en numérique aussi, la qualité des images est époustouflante, et encore le mot n'est pas suffisant. Je suis allée voir le film pour voir de belles images d'animaux sauvages, et c'est totalement réussi. Comme c'est du Disney c'est suffisamment édulcoré pour qu'on ne verse aucune larme, même quand les bébés guépards sont bouffés par les hyènes : aucune image, le narrateur dit simplement - et sobrement - que la maman guépard "ne retrouvera plus ses petits". Vu avec du second degré, on doit pouvoir bien rigoler avec ce film. J'étais par ailleurs curieuse de savoir comment, en filmant uniquement des animaux sauvages (dixit la promo du film), les réalisateurs avaient réussi à raconter une histoire. En fait, et cela se perçoit si on regarde le film avec un oeil un peu distant, il s'agit d'une juxtaposition de séquences filmées, assemblées et montées de façon à raconter une histoire. Au final, un truc sympa à aller voir avec des enfants, ou pour les belles images si on est adulte. Je n'ai pas boudé mon plaisir (et j'ai réussi à ne pas pleurer quand la maman lion meure, pardon, disparait).

    O - Oncle. Comme j'arrivais à la place où est le cinéma (place où l'on trouve également mairie, église et monument aux morts), j'ai aperçu, de dos, un vieux monsieur. C'est un de mes oncles. Je l'ai rejoint,  lui ai demandé d'où il venait, et là il m'a expliqué qu'il venait d'amener ma tante chez sa coiffeuse... à cinq cent mètres de là. Venant de chez lui, ça représentait quasiment sept cent mètres de marche. Aller. Là, il était en train de faire le retour, et m'a dit "là, ça commence à tirer". Pour cause, il sort juste de la grippe. Il va avoir 90 ans cette année. Ca donne de l'espoir et ça fait chaud au coeur, de le voir dans une telle forme. Je tiens particulièrement à eux.

    P - Photographe. A côté du bar (voir ci-dessus), il y a un photographe. Un magasin qui a toujours été là, d'aussi loin que je m'en souvienne. Le propriétaire étant sur le pas de sa porte, j'en ai profité pour discuter développement. Il m'a confirmé que les photographes professionnelles développent les photos numériques, et ne les impriment pas comme les grandes surfaces... et pour moins cher ! Vu la mauvaise qualité du tirage de mes photos il y a quelques semaines en grande surface, il est évident que je n'hésiterai pas, la prochaine fois, et que je passerai pas un photographe professionnel.

    P - PSE. Finalement, mon service sera certainement concerné par le plan de licenciement. Je me fais du souci depuis le début, mais plus encore depuis que je sais cela. Je suis une des dernières arrivées dans le service, et ancienne déléguée syndicale : si la Direction en profite pour faire une chasse aux sorcières, mon compte est bon.

    R - Rando, hier après-midi. Dix kilomètres sur le papier. C'était sans compter les dénivelés. Dans l'Entre-deux-mers, c'est pas mal vallonné. Au final, une belle balade avec une belle rencontre imprévue (j'en reparlerai), une après-midi que je n'ai pas regrettée, même si j'en ai bien bavé par moments !

    R - Rat. Il y a un rat dans le parking souterrain de la résidence. Et même deux. En fait, c'est toute une histoire. Depuis une semaine, sur un des emplacements du parking (chaque emplacement est numéroté et correspond à un appartement) s'entasse un vrai fouillis : poches poubelles contenant des vêtements en vrac, un salon de jardin, des cartons contenant des chemises cartonnées, un tabouret, des chaussures éparpillées et... deux cages. Au départ, un rat dans chacune des cages. Au final, une des cages a été ouverte (comment, par qui ?), total un des rats se balade au milieu des poches poubelles. J'ai aperçu la bestiole hier matin, en train de renifler, ou de discuter, avec son copain encore embastillé, mais dès qu'il m'a vu il a filé se cacher. En fait, il faut le savoir, le rat est un animal extrèmement craintif. Je suis un peu en colère après les propriétaires de ces ratounets dont ils s'occupent  d'une façon un peu désinvolte. Ceci dit, j'ai constaté qu'ils les nourrissent : ce soir en effet des graines étaient étalées sur la table de jardin, vu le bazar qui règne autour je pense que le rat en liberté doit pouvoir y accéder. Ca me fait mal au coeur, quand même, ces ratounets dans le noir du garage. Quand au bazar, je ne sais quoi en penser, déménagement à la cloche de bois, bagages en transit...

    S - Souvenirs, souvenirs. Au fil de mes déménagements chaotiques, j'avais laissé des affaires chez mes parents. Ils déménagent en juin prochain, il est donc temps que je récupère mes affaires. Tout un tri à faire, des vêtements, des cartons. J'ai retrouvé le bracelet de bébé de mon fils cadet, ce bracelet en plastique qu'on attache au poignet du bébé lorsqu'il naît. Nom, prénom, date de naissance, deux centimètres de diamètre. Emotion. J'ai aussi récupéré ma robe de mariée. Que diantre vais-je fichre de cette relique inutile ? 50 euros sur Le bon coin.com ?

    W - Week-end. De quatre jours. En dépit de ma dépression persistante, et un peu inquiète à l'idée d'un si long week-end à occuper. Finalement, je m'en suis bien sortie, et, rando hier et balade sur le bassin d'Arcachon cet après-midi, j'ai bien profité du beau temps.


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :