• Abécédaire, 30ème

    A  - Agenda. J'ai cherché partout un agenda 2012. "En fait, les agendas, les gens les achètent en septembre, alors en décembre, on n'en n'a plus." Dixit une vendeuse de la Fnac. Ah oui mais non. Moi, mon agenda, je l'achète en décembre. Donc, évidemment, je n'ai pas trouvé d'agenda qui m'aurait convenu, j'ai du me rabattre sur un petit agenda assez minimaliste, sans illustrations (j'aime bien les agendas illustrés), mais il a l'avantage de ne pas être encombrant. Un agenda, ça me sert à noter mes  rendez-vous, ceux avec les médecins comme ceux avec les copines, à noter les expositions vues, et depuis qq mois, à noter mes horaires journaliers. En effet, mes horaires ne sont jamais les mêmes. Le planning est défini un mois auparavant - enfin, ça c'est la théorie, en réalité c'est plus souvent quinze jours avant - alors il faut se noter nos horaires pour éviter de se demander la veille au soir "au fait, à quelle heure j'embauche demain ?". Et pour prévoir les rendez-vous, médecins, etc.

    A - Athrose. Bonne nouvelle. Je suis moins atteinte que je ne le craignais, et on peut en ralentir la progression, pour peu qu'on mettre en place différentes choses, compléments alimentaires et kiné. Moins réjouissant, le médecin voudrait me faire des séances de mésothérapie pour les articulations qui me font souffrir, aux pieds. Les séances ne sont pas remboursées, et mon budget ne me le permet pas.

    B - Barbecue. S'il y a une date à laquelle on peut être sûr de pouvoir organiser un barbecue d'hiver, à Bordeaux, c'est le 24 ou le 25 décembre. En effet, quel qu'ait pu être le temps dans les jours précédents Noël, il fait invariablement beau ces deux jours là. Un barbecue en guise de réveillon, ce serait une idée originale !

    C - Coiffeur. J'ai profité de ma journée d'ATT aujourd'hui pour y aller. Ce n'est pas tant pour me faire couper les cheveux que j'y allais, que pour.... le massage du crâne !!! en effet, le salon où je vais propose systématiquement un soin/massage après le lavage des cheveux, et je ne me prive jamais de ce plaisir là. Un moment de plaisir et de lâcher-prise que j'adore et qui me fait beaucoup de bien.  Mes parents ont l'habitude de me faire un chèque comme cadeau de Noël, je profiterai peut-être de celui de cette année pour m'offrir un massage en institut de beauté.

    C - Courses. Et bien non, contre toute attente il n'y avait pas grand monde samedi matin quand je suis allée faire mes courses pour les réveillons, celui du 24 toute seule, celui du 25 avec mes fils. Les gens avaient peut-être anticipé ou, probablement, ils ont investi les rayons des supermarchés plus tard dans la journée. Je m'étais bien organisée la veille, liste de courses pour ne rien oublier, et pas de grasse matinée ! J'ai pu faire tout ce que je voulais, sans stress, et même me balader dans l'après-midi à Bordeaux, pour profiter du beau temps et de l'ambiance.

    D - Déprime, hivernale. Ces quatre jours à voir la lumière du jour, et même le soleil, m'ont fait du bien. Et la perspective d'être en vacances, la semaine prochaine, est bien agréable !

    D - Dos. Mal au dos. Je ne connaissais pas, puis c'est arrivé tout d'un coup, samedi après-midi, sans que je comprenne ni comment, ni pourquoi. Depuis, j'ai mal au dos, et je comprends les gens qui se plaignent d'avoir mal au dos. Mes habituelles douleurs articulaires dûes à l'arthrose sont rarement aussi douloureuses.

    J - Jeu. J'ai acheté un jeu de société, pour le réveillon d'hier soir avec mes fils. C'est Dobble, un jeu d'observation et de rapidité, un peu sur le principe du jeu de Mémo auquel on joue avec les jeunes enfants, et on a passé un bon moment. Pour l'anecdote, Dobble, c'est une petite boîte en métal et 55 cartes. Et pas moins de quatre emballages et suremballages successifs à défaire.

    H - Hammam. Pas trop les moyens d'y aller, et surtout, pas trop l'envie, en plein hiver, de passer à la chaleur du dedans et le fois du dehors. Et j'ai découvert que je pouvais transformer ma salle de bain en hammam, alors je ne m'en prive pas. Radiateur soufflant à fond et carrelage de la douche italienne à ras le sol pour l'ambiance, gommage pour le corps et soin aux huiles essentielles pour les cheveux... je m'y crois presque ! D'accord, pas très écolo côté eau et électricité.

    H - Hiver. L'hiver parfait. Froid et sec. Assez froid pour se dire qu'on est en hiver, et pas assez froid pour que je grelotte et que mes cervicales se tétanisent.

    L - Lundi. Je ne travaillais pas aujourd'hui. Si la semaine dernière était celle des deux samedis, celle-ci est donc la semaine des deux dimanches ;-)

    M - Menu. Prévoir un repas est devenu chose quasi impossible. J'ai un blocage là-dessus, que je ne m'explique pas. J'ai pourtant réussi à organiser un réveillon de Noël pour mes fils, et je m'en suis bien sortie. La bonne idée : un pain surprise commandé à l'avance dans une boulangerie. Je savais que la veille ils avaient dîné de façon très traditionnelle, dans la famille de mon ex-mari, et je n'allais pas tenter de rivaliser avec le chapon de mon ex-belle-soeur, qui est fine cuisinière. Au pain suprise j'ai rajouté une petite salade, mâche avocats (à point !) et tomates surprises, servie dans des ramequins individuels et tous différents - je ne suis pas douée en cuisine, mais je sais dresser de jolies tables, même quand je suis seule. Celle d'hier soir était tout en violet et blanc.

    M - Messe. Eglise bondée samedi soir, pour la messe de Noël. Du monde jusqu'aux portes, une bonne partie de l'assemblée était donc debout. Beaucoup de personnes âgées, mais aussi pas mal d'ados, ce qui m'a suprise. Ceci explique-t-il cela ? A côté de l'église, le plus grand groupe scolaire de Pessac... une institution catholique. Je n'ai rien contre l'école privée, mais que ce lycée là s'agrandisse, quand l'éducation nationale voit s'éffondrer ses budget et effectifs, navre mon "républicanisme". La messe, oui. Retour à la spiritualité, m'avait prédit l'horoscope de Madame Figaro, en début d'année. C'était sympa, ces gens qui se pressaient dans les rues, dans le noir et le froid, convergeant tous vers l'église éclairée.

    R - Réveillon. Il y en avait donc deux, cette année, celui de samedi toute seule, et celui d'hier avec mes fils. J'avais eu pas mal de proposition pour samedi, c'est d'ailleurs de voir à quel point mon entourage, familial et amical, s'est inquiété de me savoir seule ce soir là. Mais j'ai rassuré tout le monde : être seule ne veut pas dire être triste, et je passerai également mon réveillon du 31décembre toute seule, sans problème mais avec une bonne assiette ! Et une flute de champagne. Consommée avec modération, bien sûre. L'occasion pour moi d'ouvrir une bouteille de champagne toute seule comme une grande, pour la première fois de ma vie. La vie est pleine de premières fois.

    S - Solitude. Justement. J'ai trouvé samedi, chez Mollat (LA librairie de Bordeaux) un bouquin consacré à la solitude, ou plus exactement à L'incapacité d'être seul, de Catherine Audibert. J'avais également acheté, il  y a plusieurs mois, Les nouvelles solitudes de Marie-France Hirigoyen. Deux approches du phénomène, l'un sociologique (Hirigoyen) et l'autre psychanalytique (Audibert). Le bouquin d'Hirigoyen se concentre surtout sur les explications sociologiques de la solitude, et pas assez -à mon goût - sur la façon de vivre la solitude, et puis j'ai été agacée par son discours, que je trouve trop orienté, expliquant que si beaucoup de femmes vivent seules, c'est parce que la femme moderne fait peur à l'homme. Ouais. Le livre de Catherine Audibert étudie, comme je l'ai dit, le phénomène du point de vue psychanalytique, c'est assez technique mais intéressant, toutefois le livre porte non sur la solitude mais sur l'incapacité à être seul, ce qui est légèrement différent. Un regrêt : je trouve que le bouquin ressemble trop à une compilation d'études déjà faites sur le sujet, cela me parait un peu trop théorique, l'auteure ne fait pas assez référence à son expérience propre de psychanalyste. Je me suis intéressée à ces deux livres en raison des crises d'angoisse provoquées par le fait d'être seule lorsque je vis, paradoxalement, une relation amoureuse. Celui de Hirigoyen ne m'a donc rien apporté, celui de Audibert m'a plus intéressé et se rapprochait plus de ce que je cherche, mais que je n'ai pas trouvé : je cherche, non la cause de mes angoisses, mais le remède, si je puis dire, la façon de supprimer ces crises d'angoisse si fortes qu'elles ont débouché par deux fois sur des tentatives de suicide. La psychanalyse entreprise depuis septembre m'apportera-t-elle quelque chose de ce point de vue là ? J'aimerai.

    U - Urgences. Une série qui m'a beaucoup fait d'effet quand elle a été diffusée. Pour la première fois, je trouvais à la télé quelque chose capable de me captiver autant - sinon plus - qu'un livre, or la lecture a toujours été une chose fondamentale dans ma vie. Je n'ai pas honte de le dire, j'en ai suivi les différentes saisons pendant plusieurs années, complètement "accro". J'ai outrepassé le pincement au coeur que cela me procurait - Urgences, c'est une époque de mon ancienne vie - pour me remettre à en regarder les dvd. J'ai en effet acheté les quatre premières saisons, il y a trois ans, à un moment où j'avais des crises d'angoisse, m'étant rendu compte que me concentrer sur quelque chose de très prenant (ou captivant) m'aidait à traverser la crise. Finalement, à l'époque, je n'en n'avais pas eu besoin, et les dvd étaient encore dans leur emballage cellophane. La petite déprime de ces dernières semaines m'a poussée à les ouvrir, et je ne le regrette pas, ça me change les idées en effet. Le hasard, vendredi l'épisode que je regardais se passait un 24 décembre.

    V - Violet. Couleur qui s'est imposée comme la mienne, au fil des années. Pour le réveillon de cette année, nappe violette et vaisselle blanche. Et... chips violettes !!! J'ai trouvé des chips de pommes de terre Vittelotte, j'ai trouvé ça très rigolo. Accessoirement, elles sont goûteuses et surtout moins salées que les chips traditionnelles.

    V - Voiture. Je viens de réaliser que j'aurais mieux fait d'acheter un Kangoo plutôt qu'une Twingo. Dans un Kangoo j'aurais pu mettre mon vélo, ce qui m'aurait permis d'explorer les pistes cyclables de la Gironde. Il est en effet plus sympa - et, pour moi, beaucoup plus rassurant - de faire du vélo "au vert" sur les pistes que de marcher toute seule dans les bois.

    V - Voeux... avenir à venir...  :-)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :