• Abécédaire (25)

    D - Dark Vador. Cet après-midi, un technicien est passé dans le bureau pour changer certains filtres des climatisations. Il avait un masque sur le nez. Moi, je  n'ai pas pu m'empêcher, j'ai mis mes mains sur ma bouche "ssssshhhhh Luke, je suis ton père" (même si je ne l'ai pas vu, je connais mes classiques). Ma collègue en face m'a regardé consternée, en me demandant à quoi je marchais. Moi, j'étais carrément bidonnée, je suis parfois mon meilleur (et seul) public !
     
    D - Drive. Il faut absolument que je parle de ce film, je le ferai demain peut-être, en rubrique ciné. J'avais proposé à mes fils une soirée ciné, mercredi, et j'ai été très contente qu'ils acceptent, inutile de préciser le  plaisir que j'ai eu à passer la soirée avec eux. Timing un peu serré, je quittais le boulot à 18 h, tout comme mon fils aîné, et lui travaille vers le Bassin d'Arcachon, il met souvent du temps en raison de la circulation, or nous avions prévu d'aller à la séance de 20 heures. J'ai filé chez un pizzaïolo directement, pris trois pizzas chaudes et odorantes, mes fils sont arrivés en même temps que moi à mon appartement. Pizzas, donc, et on a filé au ciné. Pour l'occasion, un ciné "normal", un Gaumont à proximité des facs, non loin de là où je vis. Et "normal" c'est à dire en version française. J'aurais préféré la VO, mais pas question de leur imposer, je n'étais déjà pas sûre de moi sur le choix du film... Au final, Drive, c'est un film à l'ambiance très particulière, et mon fils aîné n'a pas aimé certains aspects, le générique bizarrement un peu kitch, la BO style musique des années 80, un peu trop triste à son goût  - mais c'est normal il est en plein chagrin d'amour, d'ailleurs a posteriori je m'en suis un peu voulue, il a dû trouver le film un peu triste, ce n'était pas vraiment le moment. Mon fils cadet a adoré, et il m'a envoyé un mail le lendemain pour me donner un lien vers la BO. Cela m'a touché au coeur. Lui et moi partageons beaucoup de choses. Il est Taureau comme moi, je  ne sais pas si cela y fait ou non, mais nous avons énormément de choses en commun, il fonctionne comme moi pour bien des aspects et j'ai toujours eu avec lui un lien particulier, comme si le cordon n'était pas encore coupé, il est comme mon alter ego pour bien des choses. C'est un détail, qu'il m'ait envoyé ce lien vers la BO du film, mais pour moi c'est vraiment  important, ça veut dire qu'il a aimé la musique, qui a une importance importante pour ce film, et qu'il a voulu la partager avec moi, me faire plaisir en m'envoyant ce lien.
     
    F - Fac. Avant même d'avoir commencé, c'est un échec. J'accède enfin aux différents cours, en ligne, et c'est la catastrophe. Le niveau est bien supérieur à celui de Bordeaux III, et les cours sont de véritables cours, sur supports PDF de 150 pages environ. Je n'aurais jamais le temps d'atteindre le niveau requis, avec le peu de temps libre dont je dispose. Ces cours à distance ne sont pas faits pour des étudiants salariés, mais pour de "vrais" étudiants éloignés. De plus, cela nécessite des moyens que je n'ai pas, un bon ordinateur qui soit rapide, qui ne plante pas lors de l'ouverture des documents pdf, et une imprimante performante. Je me suis renseignée, je peux aller dans un magasin de photocopies/copies numériques/impression pour imprimer mes cours, à partir d'une clé USB sur laquelle je les aurai enregistré. Compte tenu du volume des cours, cela me reviendrait une petite fortune. Je regrette l'argent mis dans cette inscription, j'en aurais eu besoin pour d'autres choses. J'aurais au moins des cours d'un très bon niveau, qui m'aideront à aller plus loin dans mes lectures habituelles. Je vais en effet tout de même imprimer certains de ces cours, car ce serait dommage de ne pas en profiter.
     
    F - Froid. Il fait donc froid désormais, et l'appartement a commencé à se refroidir. Pas  question d'allumer le chauffage pour l'instant, surtout que, finalement, je suis peu chez moi en ce moment. Le soir je me réchauffe avec une soupe, et un pull, et j'ai remis la couette sur le lit, cela me fait un nid douillet que j'apprécie beaucoup. Le problème du froid, c'est surtout le matin, dans la salle de bain. La salle de bain est grande, la douche à l'italienne n'a pas de cabine pour concentrer la chaleur de l'eau... j'ai donc adopté la solution dont m'avait parlé une collègue il y a quelques années : le sèche-cheveux ! Pendant que je prend mon petit déjeuner, je branche le sèche-cheveux dans la salle de bain, ce qui la réchauffe. La méthode vaut ce qu'elle vaut, c'est un peu artisanal, mais ça marche. Et je pense que le sèche-cheveux ne doit pas consommer beaucoup d'électricité. Heureusement, dans la journée, il  fait chaud dans le bureau.
     
    K - Ken. Hier quand je suis arrivé au bureau, il y avait deux catalogues de jouets de Noël sur mon bureau. J'ai été surprise, je ne suis plus concernée, c'est ce que j'ai dit à mes collègues qui me les ont posés là. "C'est pour que tu te trouves un Ken, toi qui est toute seule". J'ai trouvé ça rigolo, j'ai trouvé un Ken dans un des catalogues (1 Ken pour quelques dizaines de Barbies !!!), je l'ai découpé et l'ai collé sur mon écran, j'ai donc maintenant un homme dans ma vie.
     
    M - Maroquinerie. Je viens de m'offrir une petite folie. Un ensemble portefeuille/porte-chéquier et porte-monnaie, en cuir, de couleur rose (mais pas rose pétard, rose sombre). Un truc très classe, beau sous la main, et qui sent bon le cuir. Une vrai folie, compte-tenu du prix, mais mon portefeuille précédent tombait littéralement en lambeaux, je n'osais plus le sortir tellement j'avais honte. Et si l'on réfléchit que ce genre d'objet, surtout de bonne qualité, dure une bonne dizaine d'années, finalement cela mérite qu'on y mette un certain prix. Je sais bien que dans ces conditions j'ai beau jeu à dire que je suis fauchée, mais je ne regrette pas mon investissement, je me sers de mon porte-monnaie tous les jours, de mon portefeuille très souvent, j'ai donc pris le parti de me faire plaisir pour ces objets qui sont en permanence avec moi.
     
    N - Nicolas. J'ai regardé l'intervention du petit Nicolas hier soir à la télé. Comme d'habitude, j'ai trouvé qu'il était doué pour convaincre. Comme d'habitude, ça m'a enervée, entre autres choses, qu'on remette en cause les 35 heures, comme si seul comptait l'argent et non pas la qualité de vie que les 35 heures ont apportée (par exemple, permettre aux mères de famille d'aller enfin chercher leurs enfants à l'école, et non pas à la garderie, ce qui d'ailleurs pouvait représenter un gain financier en évitant de payer pour la garderie ou une nounou). En ce qui concerne la crise, la dette, cela ne m'a pas rassurée. Je trouve que ces choses là atteignent un niveau tellement colossal que ça en est inimaginable pour le commun des mortels, dont je fais partie. La seule chose que je comprenne, c'est que les pays vivent au dessus de leurs moyens, et qu'on est mal parti. J'ai été très effrayée, il y a quelques années, par la faillite de l'Argentine - mais qui s'en souvient, et quel gouvernement en aura tiré les leçons ? aucun, puisque aujourd'hui c'est la Grèce, et j'ai toujours peur que cela nous arrive aussi, en France, et tous les Sarko ni les Hollande du monde ne me rassureront pas. Je vais d'ailleurs me trouver en  2012 devant le même dilemne qu'il y a cinq ans, deux candidats qui  me paraissent aussi mauvais et démagogiques l'un que l'autre, alors que l'avenir du pays - et donc de nous - sera au final entre les mains de l'un d'entre eux.
     
    P - Papier. C'est incroyable le nombre de papiers que nous manipulons au travail. Je brasse du papier toute la journée, dans les armoires les cartons explosent - et ce n'est pas une image - des dossiers qui s'accumulent. Le "zéro papier" est encore loin. Toutefois, d'ici quelques mois, on devrait y arriver. Bientôt, les documents sur lesquels nous travaillons seront numérisés, et nous les traiterons directement à partir de leurs images sur écran. Ce qui nécessite en amont des investissements importants, et aussi un gros changement dans nos façons de travailler. Et encore plus de travail sur écran... Une nouvelle fois, il faudra s'adapter à de nouvelles façons de travailler, à de nouveaux logiciels. Parfois je me demande si j'arriverai à suivre toutes les évolutions à venir d'ici à l'âge de ma retraite...
     
    P - Perco. Plan d'épargne retraite  collectif.  Une épargne pour la retraite, proposé par l'entreprise qui m'emploie, qui se concrétise par un prélèvement directement sur mon salaire chaque mois, avec abondement de l'entreprise en fin d'année. Pour avoir soutenu le projet en tant que représentante du personnel, je ne pouvais qu'en souscrire un. Je constate donc chaque mois que mon perco, indexé sur la Bourse, et au capital non garanti, dégringole de plus en plus... depuis le début de l'année, sa valeur a chuté de quelques centaines d'euros... je ne suis vraiment pas douée pour gérer mon argent.
     
    S - Salaire. J'ai terminé le mois (j'ai touché mon salaire aujourd'hui) en ayant dépassé mon découvert autorisé, et avec un euro en poche (ou plus exactement dans mon beau porte-monnaie tout neuf), vraiment un euro, pas deux. Si restrictions il doit y avoir en France, ou augmentation des prélèvements directs ou indirects, je ne sais pas comment je m'en sortirai. Je ne vois pas l'avenir en rose (ni en bleu UMP non plus).
     
    T - Tunnel. Pour la dernière fois de l'année, je suis sortie du boulot avec le jour. Passage à l'heure d'hiver ce week-end, je quitterai donc le boulot dans le noir jusqu'au mois de février. Je n'aime pas cette période, je ressens vraiment l'impression d'être dans un tunnel, entre une année et une autre, dans le noir pour plusieurs mois. Ce n'est pas que je n'aime pas l'hiver, ce que je n'aime pas c'est cette obscurité quasiment permanente, puisque je passe mes journées à la seule lumière des néons. De plus, je n'aime déjà pas sortir après la tombée de la nuit, alors là, je rentre chez moi dès le boulot fini, et je n'en sors plus. Je ne sais pas à quoi c'est dû, une sorte d'atavisme venu de la préhistoire, où les hommes se terraient dans leurs cavernes dès la tombée de la nuit, à l'abri du noir effrayant de l'au-dehors. C'est ça, je suis mal à l'aise et apeurée quand je sors et qu'il fait noir, je suis rassurée d'être chez moi au chaud et à l'abri. Ceci dit, c'est comme cela et je l'assume, je vis simplement autrement, en allant au cinéma le samedi après-midi par exemple. Il n'en demeure pas moins que l'hiver, j'ai donc la désagréable impression d'avoir des journées vraiment courtes. 

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :