• Abécédaire (17ème)

    C - Ciné. Il y a des étés où je lis les programmes en me disant que je vais pouvoir y aller tous les jours pendant mes vacances, et que même en y allant tous les jours je vais devoir faire des choix. Et puis cette année, j'ai découvert le programme de l'Utopia (et du Jean-Eustache, le programme étant le même) et je me suis dit : "mais que vais-je aller voir ?". Pour dire si les films à l'affiche m'inspirent... Total, j'ai atterri cet après-midi au Gaumont, pour voir Super 8, même pas en VO.

    D - Dimanche. Marché, cinéma, rangement, vélo. Un des avantages d'être seule, c'est que je fais ce que je veux, sans rendre de compte à personne ni me prendre la tête sur les horaires. Je suis ainsi partie faire du vélo à 18 h 30, ce qui eut été impensable lorsque j'étais mariée. J'ai désormais un nouveau rythme de vie, je me couche plus tard, je fais plus de choses (mais le revers de la médaille, c'est que les réveils sont difficiles). Pour en revenir à aujourd'hui, j'ai fait plein de choses sans en avoir pourtant l'impression. J'ai aimé ça.

    F - Frère. Aux abonnés absents depuis plusieurs mois, alors que l'été passé nous étions limite jumeaux. Un peu dur quand on ne sait pas pourquoi. Maintenant je sais pourquoi ; pour avoir des réponses il faut poser les questions, c'est ce que j'ai fait samedi dernier.

    H - Horoscope. Il me disait que la famille et les amis allaient être au centre de mes préoccupations. De fait, ma première semaine de vacances a été quelque peu parasitée par mes rapports avec mon frère, et j'ai profité de ces deux semaines pour voir ma soeur et des amies. En même temps, l'horoscope, il ne se mouillait pas trop : l'été, c'est la période entre toutes où l'on prend le temps de retrouver ceux qu'on aime.

    M - Marché. Je ne suis pas vraiment obligée d'y aller (j'ai généralement fait mes courses le samedi) mais j'aime bien ce rituel, j'aime bien les bruits, les odeurs, la foule... Et puis il y a le monsieur africain qui vend les beignets de bananes plantains, la dame libanaise qui vend du taboulé. Les odeurs, c'est incroyable, pour moi qui suis très sensible aux odeurs. Poulet grillé, pommes de terre sautées, fromages basques, fromages de chèvres, salaisons, café grillé (il y a un torrefacteur)... C'est dommage, les fruits et légumes ne sentent pas, ou alors pas assez fort. Il y a aussi un stand qui vend de l'encens, j'aime bien aussi.

    O - Orchidée. Mes collègues palois me l'avait offerte mi-avril, elle est toujours fleurie. Elle a perdu les premières fleurs situées sur ses branches, bien sûr, mais me met encore des boutons ! Je crois que j'ai trouvé le bon rythme pour l'arrosage, et je pense aussi qu'elle se plait dans mon appartement, très lumineux.

    O - Orteil. Je ne sais pas exactement ce que je m'y suis fait. Je ne pense pas à une fracture, ceci dit j'en ai souffert longtemps, au point de devoir renoncer à deux randonnées, et c'est encore un peu douloureux. Je ne me suis pas loupée, ce jour là, et je suis en train de perdre l'ongle du petit orteil.

    P - Paroles paroles. Pendant les vacances, quand on est seul, il y a parfois des jours où l'on ne parle quasiment pas. Hier, bonjour au revoir à la caissière de l'hypermarché. Cela aurait été mes seules paroles de la journée si je n'avais pas dû téléphoner à France Télécom pour une panne sur ma ligne internet. Au passage, je suis bien contente d'être chez FT pour internet, en cas de panne c'est plus pratique, de plus, comme à chaque fois que je les appelle : c'est un centre d'appel français qui me répond, ils sont aimables, ils sont compétents. Aujourd'hui deux-trois phrases, au marché, en particulier avec un monsieur âgé qui vend des fruits et légumes et qui se sert toujours d'une vieille balance à plateau. Une magnifique antiquité, en état de fonctionnement, régulièrement contrôlée d'ailleurs par l'organisme chargé de vérifier les instruments de pesage. Mais ces jours où je ne parle pas beaucoup ne sont pas tristes pour autant ; j'aimerai bien avoir quelqu'un avec qui parler mais bon, c'est comme ça. Je n'en suis pas encore au point de tenir des discours à Marcel. Et puis je suis bavarde, alors je ne rate jamais une occasion de parler. Au marché, j'ai donc discuté avec le vendeur de fruits et légumes, mais aussi avec la dame au taboulé, et une dame qui attendait pour acheter du taboulé, puis aussi avec le monsieur africain (au passage, son punch est vraiment bon). Lorsque la question de la mutation à Pau s'était posée, j'avais dit à Mister J. (avec qui je sortais donc à l'époque) "mais je ne sais pas vivre seule". Il m'avait répondu "si, tu sais vivre seule, tu sais aller vers les autres, leur parler..." (et je ne sais plus quoi encore, j'ai oublié). Bon, il était à côté de la plaque. Vivre seule, c'est vrai, finalement je sais. C'est vivre seule ailleurs qu'à Bordeaux, que je ne sais pas. Bref. Je suis bavarde (on le voit bien sur mon blog !) et je ne rate pas une occasion de discuter, c'est trop bon, de discuter et aussi de sourire (parce que ça va avec).

    R - Rangement. Depuis mon aménagement, il me  restait quelques cartons non déballés. Et puis, et c'est un gros défaut chez moi que je n'arrive pas à améliorer, il y avait des vêtements un peu partout dans ma chambre. Mon coin cuisine est nickel, mais ma chambre, c'est toujours un bazar. Ces cartons, je me disais "je les rangerai pendant les vacances". J'avais déjà dit ça avant ma semaine de vacances en juillet. Hier encore, je me disais "bon, c'est loupé pour les vacances, je verrais ça un de ces soirs en rentrant du boulot.". Je ne sais vraiment pas ce qui m'a pris aujourd'hui, après le café de ce midi, mais je m'y suis mise (je n'en reviens toujours pas) et en trois heures de temps, c'était plié. Mieux : j'ai commencé avant d'aller au cinéma et en revenant : je n'ai pas laissé tomber ! j'ai terminé ! Tant qu'à faire, j'ai achevé la besogne par un grand coup d'aspirateur partout dans l'appartement (l'avantage de 42m², c'est que c'est vite fait).

    S - Sport. Si j'ai été capable de terminer le rangement de mes cartons aujourd'hui, je dois bien être capable de me remettre au sport cette semaine. C'est le challenge du moment....

    V - Vacances. Ce lundi férié, c'est le bonus. Que je prends volontiers, car je n'ai vraiment pas envie de reprendre le boulot. Pour faire le bilan, ces deux semaines ont été de très bonnes vacances, sans, comme je l'apréhendais, de crises d'angoisses ni de déprime, en dépit d'un petit coup de blues le premier week-end. Je n'ai même pas eu le temps de faire ni de voir tout ce que je voulais ! Demain, en principe, je  termine ces vacances par une rando sur les côteaux de Bouliac, localité de la rive droite, depuis les hauteurs de laquelle on a une vue splendide sur Bordeaux, juste en face.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :